16 juillet 2005

Soutenir Abbas et Sharon, c'est soutenir la paix

Ce soir, le nouvel Obs (| 15.07.05 | 17:51) propose dans ses articles en lignes ce titre :

"Des raids israéliens font cinq victimes".

En cliquant, on découvre un article illustré d'une photo montrant les dégats faits par les israéliens, article dont voici le début :"Deux responsables des Brigades Ezzedine Al-Qassam ont été tués en Cisjordanie, ainsi que trois autres militants du Hamas à Gaza, par des roquettes tirées à partir d'hélicoptères israéliens. L'Etat hébreu réagissait à des tirs de roquette palestiniens qui ont tué une femme. "

On remarque que ces combattants palestiniens ne sont pas désignés comme terroristes islamistes (pourtant la jeune femme israélienne, agée de 22 ans, a été fauchée par un attentat dont j'attends que le Nouvel Obs m'explique en quoi il serait moins terroriste que le récent attentat de Londres) mais comme "responsables" et comme "militants" (d'ici à ce qu'on nous parle de "militants responsables"...)

Voici le début ---et l'on sait l'importance toute particulière du début du texte d'une dépêche--- d'une dépêche donc (antérieure de quelques heures à l'article du nouvel Obs ) de Reuters (nous sommes toujours le 15 juillet 2005) :


GAZA (Reuters) - Renouant ostensiblement avec sa politique d'assassinats
ciblés, Israël a exécuté sept activistes du Hamas vendredi à Gaza et en
Cisjordanie en riposte à des tirs de roquettes du mouvement radical qui
avaient tué la veille une israélienne [...]

Dans cette dépêche, l'initiative ("ostensible") de la violence est attribuée
à Israël. Intellectuellement, on comprend certes qu'un "mouvement radical",
c'est-à-dire une organisation terroriste de la mouvance islamiste, a
bombardé la population civile israélienne, faisant un mort, une femme [il
s'agit d'une jeune femme de 22 ans], et qu'à la suite de cet attentat les
opérations de la défense israélienne ont conduit à la mort de sept hommes,
tous terroristes actifs de l'organisation islamiste Hamas.

Pourtant, à lire la dépêche de Reuters, on a le sentiment qu'Israël prend
l'initiative de la violence; on en viendrait même à oublier la différence
entre la mort au combat de terroristes prêts à TOUT FAIRE PETER et les
assassinats de civils que ces criminels fanatiques perpetuent dans les
grandes villes de nos pays démocratiques, Israël compris (confusion mentale
de notre époque au service d'un aveuglement volontaire)

Certes, il appartient au pouvoir palestinien d'empêcher les terroristes
palestiniens d'agir.

Mais en a-t-il eu les moyens jusqu'à présent ? Israël doit-elle attendre que
les ordres du président de l'AP soient effectivement executés par la police
palestinienne pour se protéger des groupes terroristes ?

D'après le correspondant du Monde à Jérusalemn ( 15.07.05 | 14h52 )

"Mahmoud Abbas tente d'éviter que la trêve de cinq mois ne vole en éclats.
"Nous appelons toutes les parties à la retenue, afin de maintenir le calme
et de revenir au processus politique, a déclaré le président palestinien. La
voie de la violence ne mène à rien si ce n'est à la destruction de la paix."
Le ministre de l'intérieur, Nasser Youssef, a précisé que des "ordres
-avaient- été donnés aux services de sécurité et à la police d'empêcher, par
la force si besoin, tous les tirs de roquettes et de mortiers" contre des
objectifs israéliens.

Ses consignes n'ont pas été ignorées [...]"

Si "les consignes n'ont pas été ignorées" (tiens, drôle de tournure...),
est-ce à dire que les ordres ont été executés ?

Sans doute en partie, d'où les actuels combats entre la police palestinienne
et les groupes terroristes palestiniens, qui semblent montrer qu'Abbas
pourrait enfin avoir le courage (et il doit en falloir) de prendre le
taureau par les cornes.

Un article récent (13 juillet 2005) d'un journaliste palestinien en
palestine, Sami El Soudi, vient en tout cas apporter un sérieux démenti aux
suggestions de la dépêche de Reuters et de l'article du nouvel Obs (et de combien d'autres encore ?) quant à l'enchaînement des violences
depuis l'attentat terroriste qui a causé la mort de cinq israéliens à
Netanya et blessé de nombreux autres il y a quelques jours. Il est
intéressant après avoir lu cet article (lien ci-dessous) de revenir à la
dépêche de Reuters (et l'on sait que les dépêches d'agences vont constituer
le gros des articles de la presse) ou à celui du nouvel Obs...

http://www.primo-europe.org/docs.php?numdoc=Ed-870782969


P.S. Avec son éditorial du 11 juillet dans l'Express, Denis Jeambart signe
un article pourrait-on dire d'une audace inouïe : faire l'apologie d'Ariel
Sharon dans un grand media de notre pays ! La singularité absolue d'un tel
article montre par contraste ce qu'il en fût depuis des années de
l'objectivité de notre presse. Espérons que cette publication, que l'on soit
ou non d'accord avec les louanges adressées au Premier Ministre d'Israël par
DJ, marquera au moins un début d'ouverture intellectuelle dans le milieu du
journalisme français. Jeambart écrit : "Le Premier ministre israélien n’a
jamais rien fait pour séduire ses détracteurs. Il a raison. Car le temps lui
rendra justice, comme il le fit avec le général de Gaulle sur sa gestion du
dossier algérien. Les grands hommes d’Etat ne se battent pas avec l’opinion
ou les commentaires."

(ce qui n'est pas mon cas !)

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home