04 février 2008

en grande majorité des Palestiniens,...

Trois personnes, en grande majorité des Palestiniens, sont décédées aujourd'hui à Dimona lors d'un attentat lié au conflit israélo-palestinien. Le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas alias Abou Mazen a condamné l'attentat et accuse Israël d'être à l'origine de ce regain de violence.

Le paragraphe précédent n'est heureusement pas l'oeuvre de l'AFP ou du Monde : Anatole l'a toutefois rédigé en suivant les principes de désinformation habituelle de nos médias, et en reprenant des morceaux effectivement utilisés par eux : "Trois personnes", c'est ainsi que le journal Le Monde commence par désigner, en les mettant dans le même sac, les deux terroristes palestiniens et la victime israélienne, Liubov Razdolskaya, une femme agée de 73 ans, simple passante, habitante de Dimona, décédée ce 4 février lors de l'attentat commis dans cette ville du sud d'Israël, tandis que son mari aura été grièvement blessé par l'explosion.

L'expression "en grande majorité des Palestiniens", est l'expression habituellement employée par l'AFP depuis la prise de Gaza par le Hamas à la fin de chacune de ses dépêches annonçant des morts, cela, à l'évidence, pour suggérer que dans ce conflit les principales victimes seraient les Palestiniens, sans tenir compte du fait que les terroristes palestiniens visent les civils israéliens, qu'Israël vise les terroristes palestiniens, et qu'une partie des morts palestiniens ont été tués lors de combats interpalestiniens ou, dans le cas des kamikazes, se sont fait eux-mêmes exploser.

Décrivant l'attentat de Dimona, l'AFP n'a pas osé employer immédiatement cette expression. Mais il ne faudra pas attendre deux heures pour que notre agence de presse nationale reprenne ses bonnes habitudes : un chef d'un groupe qui revendique des tirs d'obus sur les civils israéliens, un groupe terroriste donc, est qualifié d'"activiste", et le décompte de l'AFP, suspendu quelques minutes, peut reprendre de la façon habituelle :

Un activiste palestinien tué dans un raid aérien israélien à Gaza

GAZA - Un des chefs des Comités de la Résistance populaire, un groupe armé palestinien, a été tué lundi dans un raid aérien israélien dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué des sources médicales et des témoins.

Amer Al-Qarmout, 30 ans, a été tué dans un raid contre sa voiture à Beit Lahya. Son neveu, qui se trouvait aussi dans le véhicule, ainsi qu'un passant, ont été blessés, selon les sources.

Le raid a été mené peu après un attentat suicide palestinien qui a fait trois morts, dont ses deux auteurs, dans un centre commercial de Dimona dans le sud d'Israël.

Les Comités de la Résistance populaire font partie des groupes armés palestiniens qui revendiquent des tirs de roquettes artisanales sur le sud d'Israël depuis la bande de Gaza.

Ce nouveau décès porte à 6.111 le nombre de personnes tuées dans les violences israélo-palestiniennes depuis 2000, en grande majorité des Palestiniens, selon un bilan établi par l'AFP.

(©AFP / 04 février 2008 12h33)


Mais l'AFP a tout de même fait des progrès, qui souligne dans une autre dépêche que l'attentat de Dimona a été revendiqué par "un groupe armé issu du Fatah" (il s'agit des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, dont la nature terroriste était triplement relativisée, il y a peu, par le journal Le Monde); par contre, l'AFP affirme que ce groupe terroriste n'a pas de commandement central, ce qui revient à dénier la responsabilité d'Abbas, le chef du Fatah, celui-là même qui a le culot d'accuser Israël d'être à l'origine du "regain de violence".

Après l'attentat de Dimona, scènes de joie à Gaza : des centaines de personnes (en grande majorité des Palestiniens !) s'étaient rassemblées pour célébrer l'attentat meurtrier survenu ce matin....

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home