07 mars 2008

Kouchner, démission !

"Comparer les attentats ne m'intéresse pas, je les condamne tous, je condamne l'acharnement, j'ai employé le mot "acharnement", qu'il y a eu sur Gaza, je condamne l'attentat de Jerusalem bien entendu, je condamne tout ça."

Bernard Kouchner,
7 mars 2008


La Lybie a exigé hier soir que toute condamnation de la tuerie à Jérusalem soit liée à une condamnation de l'opération israélienne à Gaza; cette demande a conduit à bloquer toute condamnation de l'attentat de Jerusalem de la part du conseil de sécurité de l'ONU que la Lybie préside.

M. Kouchner a choisi de procéder à une telle condamnation simultanée, lors d'une déclaration à la presse que je viens d'entendre sur France Inter au journal de ce 7 mars 2008 à 18h : http://www.radiofrance.fr/play_aod.php?BR=10493 (déclaration non reprise au journal de 19h).

Ses propos sont ignobles.

Kouchner condamne en effet de la même façon l'attentat de Jérusalem et les opérations israéliennes, répétant même à deux reprises le terme "acharnement" qu'il avait déjà employé au début de la semaine à propos des opérations israéliennes. Très clairement, dans son propos, M. Kouchner assimile ces opérations à des attentats, plaçant ainsi dans la même catégorie

1. l'attentat terroriste visant des jeunes étudiants israéliens d'une école talmudique

et

2. les opérations militaires israéliennes visant exclusivement les terroristes du Hamas et qui n'auront causé la mort de femmes et d'enfants palestiniens que du seul fait de leur utilisation comme chair à canon par l'organisation islamiste et nazifiante qui contrôle Gaza.

Cet amalgame est inacceptable.

Anatole appelle à la démission de Bernard Kouchner.

Remarque 1 : la version des propos de Bernard Kouchner publiée sur le site du Quai d'Orsay est légèrement différente des propos réellement tenus par le ministre.

Sur le site du Quai d'Orsay, on lit :

"Comparer les attentats ne m’intéresse pas. Je les condamne tous. Je condamne le lancer des fusées Qassam et des fusées Grad sur Israël. Je condamne l’acharnement qu’il y a eu sur Gaza et qui n’a, hélas, pas arrêté les fusées. Je condamne bien entendu l’attentat de Jérusalem dans une école talmudique"

Alors que les propos réels de Kouchner ont été comme je l'ai indiqué :

"Comparer les attentats ne m'intéresse pas, je les condamne tous, je condamne l'acharnement, j'ai employé le mot "acharnement", qu'il y a eu sur Gaza, je condamne l'attentat de Jerusalem bien entendu, je condamne tout ça."

On constate que la version publiée par le Quai est un peu moins défavorable à Israël que les paroles grotesques effectivement prononcées, mais en tout état de cause le propos général demeure le même : les opérations militaires israéliennes, qui visaient des terroristes, sont assimilées à un attentat dans lequel des enfants ont été assassinés à bout portant.

Remarque 2 : dans le point de presse au cours duquel M. Kouchner a prononcé les paroles précédentes, on peut noter que le président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est désigné par son nom de guerre, Abou Mazen. Je ne sais comment interpréter cela, mais c'est en tout cas ce nom qui nous est, à nous aussi, revenu en mémoire depuis qu'Abbas/Abou Mazen a déclaré que les opérations israéliennes sur Gaza avaient été "pire que l'holocauste".


4 Comments:

At 7/3/08, Anonymous Anonyme said...

L'attentat de Jérusalem sur des enfants, étudiants est odieux.

Les raids d'Israël sur la bande de Gaza pour faire cesser les bombardements sur Sdérot et le sud d'Israël : le Hamas se cache derrière des civils employés comme chaire à canon

Shabat Shalom

Gerard David

 
At 8/3/08, Anonymous Anonyme said...

Oui.
Et aujourd'hui c'est un ministre qui ose mettre sur le même plan des terroristes assassinant délibérément des jeunes gens et l'armée israélienne.
Parallèle odieux utilisé constamment. L'introduction du journal signalé par Anatole donnait le ton :
« C'est le Hamas qui revendique l'attentat qui a fait huit morts dans une école talmudique de Jérusalem hier soir. Gaza attend maintenant avec fatalisme de nouveaux raids israéliens.»

L'intervention a été diffusée sur France-culture. Journal de la nuit. Encore ces phrases.
« Vous savez, sempiternellement faire un communiqué de condamnation... »
L'Onu s'y refuse. Notre ministre s'en lasse.

Sous l'indifférenciation, l'indifférence.

Les noms des huits jeunes gens de la yeshiva ont-ils été prononcés ?
Je sais que j'ai entendu celui de leur meurtrier.

B.

 
At 8/3/08, Anonymous Anonyme said...

Dans la suite de l'interview, une question posée à Kouchner fait état d'une occupation israélienne durant depuis "60 ans". Est-ce à dire que la création de l'État d'Israël est la Nekba ? "60 ans" ne nous ramènenet-ils pas, à la déclaration, par l'ONU, de la création de l'Etat juif alors que ce qu'on qualifie d'"occupation" n'a commencé qu'en 1967 ? le "60 ans" n'a pas eu l'air de choquer Kouchner, est-ce à dire que c'est la position officieuse de la France ?

 
At 8/3/08, Anonymous Anonyme said...

Il tient exactement le même discours, mot pour mot, que les terroristes et leurs portes-parole, eux-même !!!
Et il voudrait s'autoproclamer juge-médiateur ! Il nous expliquerait ce qui est juste et bien ? Il rêve ?
Ou on rêve ?
Ofek sur http://www.surlautrerive.com/

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home